Psychanalyste

La crise de légitimation de l’AMC

Éditeur — L’Association médicale canadienne (AMC) est maintenant confrontée à un problème de légitimité en raison de son incapacité à expliquer pourquoi elle a congédié les éditeurs du JAMC. Des milliers de professionnels de la santé ont signé une pétition pour réintégrer les éditeurs qui ont apporté une reconnaissance internationale au JAMC. Des revues médicales et scientifiques de premier plan, ainsi que des journaux nationaux, ont demandé d’expliquer pourquoi les rédacteurs en chef avaient été congédiés. Pourtant, l’AMC a fourni peu d’informations contradictoires sur la question1. Elle a également perdu l’occasion de Reste, sauve la face et restaure la confiance entre ses membres, le public et la communauté journalistique internationale. Le président de l’AMC a fait remarquer que le groupe formé par l’AMC pour examiner un cadre de gouvernance futur pour le JAMC n’ouvrira pas d’enquête sur les circonstances entourant le renvoi des rédacteurs.2 Il est clair que cela laisse le problème non résolu. La CMA n’est pas non plus liée par les recommandations du panel, comme l’ont indiqué les représentants de l’AMC. Dans ce contexte, il est difficile de ne pas voir ce panneau de gouvernance comme une façade. Cela pourrait aider à expliquer pourquoi la majorité du comité de rédaction du JAMC et un certain nombre d’éditeurs intérimaires ont démissionné. Cela pourrait aussi aider à expliquer pourquoi la communauté universitaire a appelé à boycotter le JAMC alors que le navire amiral de l’AMC navigue dans des eaux inexplorées avec une réputation et un équipage squelettiques endommagés3. Il y a maintenant des appels de la communauté universitaire pour créer une nouvelle médecine générale. au Canada, mais avec une indépendance éditoriale sans entrave et garantie, cela servirait mieux l’intérêt public.4 La perte de confiance dans le leadership de l’AMC est en augmentation. La crise aurait pu être évitée.