Danté dentaire

Du réfugié adolescent au président de l’État de la Guilde

Rick Samimi a surmonté de sérieux défis dans sa vie. Mais prendre les rênes d’une branche d’État de la Guilde des pharmaciens en ces temps difficiles pourrait être son plus difficile encore.

Un de ces défis était de laisser ses parents en Iran à l’âge de 17 ans pour s’installer en Australie avec un visa de réfugié.

Fils d’un anesthésiste et d’une infirmière, il venait d’une famille très performante. Mais ce n’était pas facile de se voir jusqu’à la 12e année en vivant avec son frère dans un appartement à Sydney.

En fin de compte, il a complété un diplôme de pharmacie à l’Université de Sydney.

Il a conduit un taxi pendant sa première année d’université, mais a rapidement trouvé un emploi à temps partiel dans une pharmacie. Maintenant, plus de 25 ans plus tard, il est un fier partenaire dans trois pharmacies de Sydney et le président encore plus fier de la branche NSW de la Guilde.

Deux de ses oncles en Iran étaient des pharmaciens. L’un était un pharmacien hospitalier, l’autre était un pharmacien communautaire. « Donc, j’ai eu une certaine exposition à la pharmacie comme un enfant. Je pense que tout le monde trouve fascinant le look d’un dispensaire », dit-il avec un enthousiasme juvénile.

Vous devez passer quelques minutes avec M. Samimi pour réaliser qu’il est une personne à moitié pleine de verre. Qu’il est amoureux de l’idée d’être un pharmacien communautaire.

Reconnaissant

Il est reconnaissant à presque tous ceux qui ont croisé son chemin. Aux toxicomanes et aux personnes ayant des problèmes de santé mentale qui fréquentaient les pharmacies où il travaillait pendant ses études et l’aidaient à perfectionner ses compétences humaines. À Jackie Cole, son mentor. Elle l’a employé comme stagiaire, lui a enseigné l’importance de l’empathie et est devenu plus tard son partenaire d’affaires.