Trichology

Agences intensifier l’aide africaine

Les Nations Unies, les agences d’aide et les gouvernements des pays riches intensifient leurs efforts pour tenter de maîtriser la crise alimentaire au Niger et dans les régions voisines. Khaled Adly, directeur régional par intérim du Programme alimentaire mondial des Nations Unies en Afrique de l’Ouest, a déclaré: «La générosité des pays donateurs et les individus ont été formidables au cours des trois dernières semaines, mais nous avons encore besoin de plus de contributions pour faire en sorte que les populations du Niger aient suffisamment de nourriture pour les amener à la récolte dans environ 10 semaines. ” L’appel de 58 millions de dollars du programme (£ 32m; € 47m) n’a jusqu’à présent rapporté que 33 millions de dollars. Le Programme alimentaire mondial et d’autres organismes d’aide, tels que M &#x000e9, decins Sans Fronti & res et Oxfam , jouent un rôle de premier plan dans les zones les plus touchées. Avec d’autres organisations internationales non gouvernementales et le gouvernement nigérien, le programme a commencé à distribuer de la nourriture gratuite à 2,5 millions de personnes. L’agent d’information publique du programme, Stephanie Savariaud, a déclaré: «La crise alimentaire au Niger est la conséquence d’une combinaison des facteurs. Il y a toujours eu un problème de malnutrition chronique au Niger, et les gens vivent sur une ligne mince, ce qui les rend très vulnérables aux chocs. La sécheresse et l’invasion acridienne de l’année dernière ont aggravé la situation. Les gens ont très peu de nourriture ou plus de nourriture en réserve. Les prix dans toute la sous-région ont explosé. Les problèmes au Niger sont structurels: 82% de la population dépendent de l’agriculture pour survivre, et seulement 15% de la terre est propice à la culture. ” Le Programme alimentaire mondial gère six centres de réadaptation nutritionnelle au Niger et 33 patients ambulatoires programmes de traitement des enfants atteints de malnutrition sévère. Environ 16 000 enfants sévèrement malnutris ont été traités depuis le début de l’année. Ces enfants reçoivent des soins spécialisés et des soins médicaux et lorsqu’ils sont renvoyés à la maison avec suffisamment de nourriture pour toute la famille. Certains organismes d’aide ont mis la responsabilité de l’ampleur de la crise sur la communauté internationale. Natasha Kofoworola Quist, directrice régionale d’Oxfam pour l’Afrique de l’Ouest, a déclaré: “ Si le Niger avait reçu le même niveau d’aide que l’Irak, un pays beaucoup plus riche, cette crise pourrait ne jamais avoir eu lieu.Selon Oxfam, Niger, Mali, Mauritanie et le Burkina Faso reçoit respectivement 12, 19, 20 et 13 dollars par personne et par an en aide, contre 91 dollars en Iraq. L’ONU estime qu’environ 45 dollars par personne et par an en aide sont nécessaires dans ces pays pour atteindre ses objectifs de développement du millénaire. Cependant, le président nigérien Mamadou Tandja, réagissant à l’évaluation de la situation par l’ONU et les agences d’aide, a déclaré BBC: “ Il n’y a pas de famine au Niger. Les gens qui disent qu’il y a une famine ont un intérêt politique ou économique. “ On a dit que 45 millions de dollars avaient été donnés au Niger. Mais nous n’avons reçu que 2,5 millions de dollars. Le reste dont nous entendons parler, ” il a dit.Il a ajouté: “ Nous vivons une crise alimentaire en raison des mauvaises récoltes et des attaques acridiennes de 2004. ” Cependant, les politiciens de l’opposition ne sont pas d’accord et disent que la crise reflète l’échec de la lutte contre la pauvreté. Kassoum Issa, chef de la Coordination démocratique de la société civile au Niger, a déclaré à Associated Press: «Cette famine … montre tout simplement l’échec du programme de lutte contre la pauvreté mené par le président. Le peuple nigérien est en train de mourir. ”